Entretien d'une voiture électrique

Sommaire

Entretien d'une voiture électrique : les spécificités

L'entretien d'une voiture électrique est tout aussi nécessaire que celui d'un véhicule thermique.

Il s'effectue régulièrement, à un rythme (préconisé par le constructeur) qui varie en fonction du type de véhicule, de sa puissance, de la conduite de l'automobiliste et du nombre de kilomètres parcourus (ou des années passées).

La différence principale avec un véhicule traditionnel étant l’absence de moteur à combustion, il en découle un entretien beaucoup moins lourd, le véhicule électrique n’utilisant pas de carburant. L’entretien s’en trouve donc grandement simplifié.

Lire l'article Ooreka

La simplicité de l'entretien d'une voiture électrique

Le moteur électrique étant très simple et composé de peu d'éléments mobiles, son entretien s'en trouve réduit. 

Le nombre de pièces est réduit à une dizaine, contre un millier pour les véhicules thermiques, même si des éléments mécaniques et esthétiques présents sur les véhicules à combustion se retrouvent dans les voitures électriques.

Motorisation

On note certaines différences : la vidange (huile) disparaît, puisque le moteur électrique n'exige pas de lubrification ; le moteur demande moins d'entretien que le thermique, dans la mesure où il est nettement moins soumis aux variations de température ; il n'y a pas de pot d'échappement non plus, donc c'est une charge en moins dans la révision.

Alimentation d'une voiture électrique

La batterie est l'élément essentiel du moteur électrique.

Elle est rechargeable et dure plus ou moins longtemps selon la technologie utilisée.

Les batteries, domaine où l’évolution est constante, demandent peu d’entretien et leur autonomie entre deux charges s’améliorent constamment. Leur durée de vie est de plus en plus longue : de 3 à 10 ans.

Charge – démarrage

La problématique est complètement différente des voitures thermiques : nul besoin de démarreur puisque le moteur électrique est directement alimenté ; quant à la charge, c’est un module électrique appelé convertisseur, qui assure l’alimentation et la charge de toute la partie servitude alimentée en 12 volts. Il n’existe donc plus d’éléments mécaniques en mouvement susceptibles de provoquer une usure (balais d’alternateur, courroie, roulements, etc.).

Lire l'article Ooreka

Chassis

Le chassis représente la partie suspension, direction, freinage, transmission ; l’entretien y est similaire à celui d'un véhicule thermique, même si les freins étant beaucoup moins sollicités, les plaquettes et disques s'usent beaucoup moins rapidement (50 % d'usure en moins).

Les amortisseurs sont identiques à ceux d'un véhicule thermique, par conséquent l'entretien l'est également.

En revanche : le moteur électrique ayant une plage d’utilisation du ralenti jusqu’à la vitesse maximum, nul besoin d’une boîte de vitesses comme dans le véhicule thermique et donc pas d’entretien à ce niveau.

Véhicule électrique : des pièces détachées moins nombreuses et une révision moins chère

Il y a vraiment moins de pièces détachées sur un véhicule électrique. Les batteries entièrement gérées par l'électronique, dont l'autonomie est de plus en plus importante, sont de moins en moins chères et peuvent être louées par le concessionnaire.

Le temps passé sur une voiture électrique est donc moindre que sur un véhicule thermique ou hybride. Le prix de l'entretien est de 30 à 40 % moins élevé.

Une technologie spécifique avec des professionnels formés

Comme pour tout véhicule, la voiture électrique est sous garantie pendant un certain nombre d'années. Pour bénéficier de cette garantie, il faut faire en sorte que les révisions préconisées par le constructeur soient correctement faites.

Or, une voiture électrique est technologiquement très avancée, et l'entretien s'effectue sous forte tension (400 à 700 volts).

Le professionnel que vous allez choisir doit être formé à certaines opérations assez dangereuses, et doit posséder du matériel adapté. Il doit posséder toutes les habilitations électriques pour pouvoir intervenir sur celui-ci. N'hésitez donc pas à vous renseigner sur ses capacités techniques.

Entretien d'une voiture électrique et habilitation

Les professionnels intervenant sur les VE doivent être qualifiés ; pour cela, ils doivent obligatoirement effectuer une formation spécifique, qui dure en général quatre jours. Cette habilitation est soumise à des recyclages périodiques.

Le cadre législatif

L’obligation de formation des personnels amenés à travailler sur des équipements électrifiés date de 2003 ; elle est définie par l’article R4544-9 ET R4544-11 du Code du travail.

Pour l’automobile électrique, ou des tensions de 400 volts minimum circulent, une habilitation spécifique avec différents niveaux existe (norme UTE C18-550).

Définition de la norme d’habilitation VE

Elle est complexe car il existe plusieurs niveaux suivant les degrés d’intervention sur le véhicule et la qualification du personnel intervenant :

  • indice BCL : consignation du véhicule (travaux de mise hors tension) ;
  • indice BOL : intervention non électrique sur le véhicule ;
  • indice B1L / B2L : travaux électriques sur véhicule hors tension ;
  • indice B1TL / B2TL : travaux électriques sur véhicule sous tension ;
  • indice B1XL / B2XL : interventions spécifiques électriques concernant le dépannage-remorquage d’un VE.

L'avis de l'expert

La technologie des voitures électriques, parfois encore mal connue, peut générer quelques inquiétudes, notamment en ce qui concerne l'entretien. Mais en fait, l'entretien d'un véhicule électrique est globalement plus simple et moins coûteux ! Moins de pièces, moins d’usure… l’entretien d’une voiture électrique est moins lourd que celui d’un véhicule thermique.