Sommaire

Nostalgiques de l’injection indirecte sur les voitures, vous risquez d’être un peu déçus par notre constat ! Pour les autres, voici les explications relatives à cette technologie en voie de disparition.

Qu'est-ce que l’injection indirecte ?

Autant le préciser sans attendre, les véhicules neufs, essence ou diesel, ne sont plus équipés aujourd'hui de ce type d’injection, condamné par les dernières normes EURO VI.

Définition de l’injection indirecte essence

C’est la position des injecteurs qui détermine le type d’injection. Pour l’injection indirecte essence, ils sont placés avant la soupape d’admission. C’est donc un mélange air/carburant qui est admis dans le moteur par l’ouverture de la soupape d’admission. En injection directe, les injecteurs débouchent dans la chambre de combustion au-dessus du piston, l’air seul étant admis par la soupape d’admission, le mélange des deux composants se fait dans la chambre de combustion.

Ce système d’injection est composé pour la partie hydraulique :

  • du réservoir de carburant ;
  • d’une pompe à essence électrique le plus souvent immergée dans le réservoir ;
  • d’un filtre à essence ;
  • d’une rampe d’alimentation, sur laquelle sont fixés les injecteurs à commande électromagnétique.

Il contient pour la partie électrique :

  • un calculateur de gestion moteur qui détermine le temps d’injection après traitement des paramètres moteur ;
  • des capteurs qui transforment les valeurs de grandeur physique des paramètres (pression d’air, température moteur, vitesse moteur et arbre à cames, analyse des gaz, charge moteur...) en signaux électriques variables à destination du calculateur ;
  • des actionneurs, commandés par le calculateur (injecteurs, bobine d’allumage, relais, électrovannes…).
Lire l'article Ooreka

Définition de l’injection indirecte diesel

Contrairement à l’injection indirecte essence, l’injecteur est placé après la soupape d’admission, mais il débouche dans une préchambre en communication avec la chambre de combustion. L’air présent au-dessus du piston est compressé par la remontée de ce dernier. En fin de compression, le gazole (ou gasoil) est injecté dans cette chambre où se produit une précombustion au contact de l’air surchauffé (400 °C). Une réaction en chaîne s’ensuit et provoque la combustion complète dans la chambre principale.

Ce type d’injection permet d’éviter entre autres des efforts trop violents sur le piston. Le système lui est composé d'un circuit d'alimentation et d'un circuit haute pression.

Le circuit d'alimentation comprend :

  • le réservoir de carburant ;
  • le filtre à gazole ;
  • une pompe rotative abritant une pompe de transfert à palettes, qui aspire le carburant provenant du réservoir (le circuit d’alimentation est donc en dépression, ou pression négative).

Le circuit haute pression est composé par :

  • la même pompe rotative, synchronisée à la distribution moteur, qui génère la haute pression de 110 à 175 bars ; pompe distributrice exclusivement mécanique qui dessert chaque cylindre dans l’ordre d’allumage ;
  • les injecteurs, eux aussi exclusivement mécaniques ; c’est un ressort taré qui détermine leur pression d’injection.
Lire l'article Ooreka

Injection indirecte : rappels historiques

Retour en arrière en quelques dates :

  • 1930 : l’injection indirecte date en effet des années 30, où Mercedes œuvra beaucoup pour leur développement, que ce soit en essence ou en diesel ;
  • 1936 : les véritables premières implantations sur des voitures de série furent l’injection indirecte mécanique essence Kugelfisher sur les Peugeot 404 et pour l’injection indirecte diesel, Mercedes en 1936 et Peugeot en 1938, longtemps à la pointe du marché français ;
  • 1960 : dès lors, l'injection indirecte diesel s’implante, alors que les moteurs essence fonctionnent encore le plus souvent avec un carburateur ;
  • 1993 : la généralisation de l’injection indirecte essence se produit en France, les véhicules neufs ayant cette année-là l'obligation d’être équipés d’un pot catalytique, associé à l’injection pour son fonctionnement ;
  • 2002 : progressivement, les normes Euro 4, puis Euro 5 et Euro 6, condamneront ces deux types d’injection en essence et en diesel, trop productrices d’émissions polluantes.

Limite d’émissions polluantes (mg/km)

Injection indirecte

Injection directe

 

EURO 1 / 2
1988 à 1997

EURO 3
1997 à 2000

EURO 4 / 5 / 6
depuis 2000

Particules fines

140 / 80

50

25 / 4,5 / 4,5

CO (monoxyde de carbone)

2 720 / 1 000

640

500 / 500 / 500

NOx (oxydes d’azote)

Pas de limite

500

250 / 180 / 180

HC (hydrocarbures) + Nox

970 / 700

560

300 / 230 / 170

L’injection indirecte aujourd’hui

Si les véhicules neufs ne sont plus produits avec l’injection indirecte, le parc automobile d’occasion en recèle encore beaucoup et ils peuvent toutefois présenter encore certains avantages :

  • La maintenance : que ce soit en essence ou en diesel, l’injection indirecte est très fiable et éprouvée et les interventions de réparation sont peu nombreuses et bien maîtrisées par les professionnels. Les moteurs, surtout en version atmosphérique (sans turbo) sont très fiables et accumulent les kilomètres.
  • L’aspect financier : par leur ancienneté et leur technologie plus ancienne, leur prix d’achat est peu élevé, et leur revente s’effectue sans mal, en tant que deuxième voiture du ménage, ou encore appréciée par les frileux des nouvelles technologies et des affres de leur maintenance dans le domaine de l’électronique.

Pourtant, progressivement, cette génération de véhicules disparaît, poussée par les incitations officielles (prime à la casse, taxation « vieux diesels »…). Leurs défauts sont aujourd'hui clairement dénoncés :

  • la consommation de carburant est plus importante que pour les nouvelles générations (10 à 20 % de plus) ;
  • les véhicules sont beaucoup moins performants que ceux à injection directe, surtout pour les diesels ;
  • ils polluent plus, bien que les nouveaux modèles ne soient pas exempts d’émission de NOx (oxydes d’azote) et de particules fines (elles n’existent pas en injection indirecte essence).

Aussi dans la rubrique :

Pièces mécaniques

Sommaire

Moteur et courroies

Injection indirecte Kit hydrogène Capteur de position d'arbre à cames Poulie Damper Anti-fuite de joint de culasse Surchauffe du moteur Reprogrammation du moteur Problèmes de démarrage à chaud du moteur Rupture de la courroie de distribution Pastille de sablage Soupapes du moteur Pannes de volant moteur Relais de préchauffage Changement de moteur Additif d'huile pour moteur Panne d'essence, que faire ? Poussoir hydraulique Dump valve Fuite de l'injecteur Volant moteur allégé Plaque sandwich Additif moteur Claquement moteur Calculateurs de moteur pour voiture Indice de viscosité d'une huile de moteur Capteur PMH Augmenter la pression d'un turbo Reprogrammation du moteur essence Changer un filtre à huile Culbuteur Support moteur Décalaminage Changer une courroie de distribution Chaîne de distribution Pompe à injection Encrassement du moteur Réchauffeur de gazole pour voiture Compte-tours de voiture Volant moteur Électrovanne pneumatique Surfaçage de culasse Segmentation d'un moteur Nettoyant moteur Turbo qui siffle Mon véhicule sur-consomme : 7 choses à vérifier Piston forgé Coussinet de bielle Défaut d'étanchéité du moteur Turbocompresseur à géométrie variable (TGV) Couple moteur Problèmes d'injecteur Courroie de distribution Pompe tandem Cache moteur Ma voiture sent l'essence, que faire ? Panne de gasoil, que faire ? Nettoyer un turbo Changer une pompe à eau Nettoyer un injecteur Consommation anormale d'huile moteur Nettoyage d'injecteur aux ultrasons Huile de moteur Frein moteur Voyant moteur Turbocompresseur électrique Courroie de direction Pompe de gavage Bruit de la courroie de distribution Capteur de cliquetis Pompe à eau pour voiture Kit éthanol Changer un filtre à essence Injection directe à rampe commune Boitier additionnel pour diesel Clapet anti-retour auto Fuite de gasoil Durite de refroidissement Silent bloc moteur Fuite de la pompe à injection Voyant de pression d'huile du moteur Rupteur de voiture Poulie de déphasage Bas moteur Récupérateur d'huile Électrovanne de turbocompresseur Augmentation de la puissance moteur Avance à l'allumage Ralenti instable Filtre à huile Actuateur de ralenti Pression d'huile moteur insuffisante Cache-culbuteurs Préparation moteur Puce électronique pour moteur Couler une bielle Comment régler les soupapes d'une voiture Injection directe Changer une bobine d'allumage moteur Boîtier de servitude moteur (BSM) Turbo grippé Radiateur de refroidissement du moteur Injection mécanique Injecteur qui claque Fuite d'huile du turbo Erreur de carburant, que faire ? Capteur de pression de suralimentation (MAP)