Sommaire

Le parallélisme est une des notions intervenant dans le réglage des géométries de suspension d'un véhicule. Contrairement au carrossage qui évalue l'angle formé par les roues en rapport au sol (en vue de face), le parallélisme est l'angle formé par l'axe des roues en rapport au sens de déplacement du véhicule (en vue de dessus).

Il est mesuré indépendamment pour les roues avant et les roues arrières. Il s'exprime en degrés ou en millimètres, et représente en général un écart compris entre 0,2 et 1,5 mm par roue (obtenu en soustrayant l'écart entre l'avant des deux roues à la distance entre l'arrière des deux roues). Même si la mesure semble faible, il s'agit d'un réglage à ne pas négliger puisqu'il peut entrainer des efforts mécaniques prononcés, un inconfort au roulage et une usure asymétrique des pneus. Explications.

Parallélisme de voiture : ouvert ou pincé

Un parallélisme positif indique que les roues sont pincées vers l'intérieur (comme en position chasse-neige avec des skis). À l'inverse, un parallélisme négatif indique que les roues sont ouvertes (en canard) :

  • Sur les suspensions indépendantes, il est tout à fait possible d'avoir une asymétrie d'alignement entre deux roues du même essieu.
  • Si cela peut être volontaire pour une voiture de compétition, il s'agit, sur un véhicule d'usage commun, d'une usure mécanique à corriger.

Réglages et contraintes d'un parallélisme

D'une manière générale, un parallélisme neutre verrait les quatre roues parallèles entre elles. Ce réglage ne fait perdre aucune puissance ni ne provoque d'usure mécanique (ou pneumatique) prématurée :

  • Sur un parallélisme pincé (positif), les deux roues forcent l'une vers l'autre et usent donc le pneu sur l'extérieur.
  • Alors qu'un parallélisme ouvert (négatif) fait tirer les roues à leur opposé et use l'intérieur des pneus.

Parallélisme sur les roues avant

Un parallélisme pincé crée une poussée vers l'intérieur :

  • Il donne plus de stabilité à vitesse élevée mais rend le véhicule moins directif.
  • Un parallélisme ouvert donne une direction plus incisive mais avec moins de stabilité à vitesse soutenue.
  • Il met aussi plus de contrainte sur la mécanique de direction (rotules et crémaillère).

Roues arrière : conséquences d'un parallélisme

Pincer les roues arrière donne là encore plus de stabilité mais risque de favoriser le sous-virage (avant du véhicule qui dérape), d'autant plus s'il est couplé à un parallélisme avant pincé.

Ouvrir le parallélisme arrière donne plus d'agilité mais rend le véhicule survireur (l'arrière du véhicule dérape).

Différence entre traction et propulsion

Pour rappel, une traction est un véhicule dont les roues motrices sont à l'avant alors qu'elles sont à l'arrière pour une propulsion :

  • Dans les deux cas, à l'accélération, les roues motrices auront tendance à se pincer (à cause du couple qui tire les roues vers l'avant alors qu'elles sont retenues par les bras de suspension).
  • Les roues non motrices d'une traction, à l'arrière, ont un comportement relativement neutre.
  • Les roues non motrices d'une propulsion, à l'avant, subissent beaucoup plus de transferts de charges et auront tendance à s'ouvrir à l'accélération.
  • En plus d'être délesté à l'accélération, l'avant d'une propulsion sera rendu très directif mais relativement instable ; contrairement à l'arrière d'une traction qui reçoit plus de charge à l'accélération donc plus d'adhérence.

Parallélisme voiture : une notion de compromis

Pour toutes ces raisons, des réglages communs ont été établis sur les véhicules grand public pour corriger les caractéristiques inhérentes à chaque technologie.

De cette manière, un véhicule aura un parallélisme le plus neutre possible au roulage. Cela étant, chaque correction a ses inconvénients ; il n'y a pas de choix parfait :

  • Pour une traction, un parallélisme légèrement ouvert à l'avant permet de contrer la tendance à l'accélération. Il rend le véhicule plus directif, ce qui est nécéssaire du fait du surpoids du moteur et de la transmission sur l'avant. À l'arrière, les roues sont légèrement pincées pour plus de stabilité.
  • Pour une propulsion, il s'agit de contrer les effets de l'accélération : l'arrière sera ouvert, l'avant légèrement pincé pour maintenir la stabilité au freinage.
  • Un véhicule 4 roues motrices possède les propriétés des deux types (propulsion et traction), mais les réglages peuvent être très différents du fait des usages possibles (ville, chemin ou franchissement). Ces spécificités devront être prises en compte car bien qu'ils aient le même schéma de transmission, un SUV aura un réglage très différent d'une GT supersport. Il convient alors de se référer aux données constructeur.

Mauvais parallélisme sur sa voiture

La différence de parallélisme est subtile dans un usage conventionnel de son véhicule. Les altérations de comportement peuvent, contrairement à un usage sur piste de course, passer totalement inaperçus.

Causes du parallélisme de sa voiture

Au delà d'une usure des structures de suspension et de direction, le parallélisme d'un essieu peut être altéré par ces évènements :

  • vibrations en roulage ;
  • pneu mal équilibré ;
  • remorquage/dépannage indélicat ;
  • différence de gonflage entre les deux pneus du même essieu (modifiant alors la géométrie de suspension) ;
  • chocs (nid de poule, trottoir...) ;
  • efforts répétés et asymétriques (rond-points) ;
  • franchissement tout-terrain, etc.

Parallélisme de voiture : quelles conséquences ?

À court terme, l'asymétrie de parallélisme peut provoquer une augmentation de la consommation, des désagréments dans la direction tels que la sensation d'être emporté à droite ou à gauche (on dit que la voiture « tire » sur le coté), le volant peut se déplacer de sa position neutre horizontale alors que vous roulez droit, ou encore que le véhicule ne correspond plus à votre habitude dans la conduite au quotidien.

À long terme, les pneus s'useront plus vite et de manière asymétrique, les éléments mécaniques de liaison au sol et de direction subiront des efforts supplémentaires et dureront donc moins longtemps que prévu.

En tout état de cause les effets à long terme sont ici des répercutions mécaniques relativement difficiles à quantifier sinon pour les pneus. Leur usure prématurée peut aller jusqu'à 20 ou 30 %, signifiant qu'un pneu peut atteindre sa limite légale sur une bande de roulement extérieure ou intérieure alors que le reste de la structure n'est usé qu'aux deux tiers.

Pour toutes ces raisons, il convient de vérifier régulièrement le parallélisme ainsi que la géométrie globale (si le véhicule le permet) chez un professionnel. Le contrôle technique est un bon rappel, mais n'hésitez pas à le faire proactivement après un choc important sur l'un des essieux ou si votre véhicule se comporte de manière inhabituelle. Il faudra compter entre 55 et 120 €.

Pour approfondir :